Publié dans L'enfant des lions

L’enfant des lions : dernière ligne droite du cycle Cocyclics

Cela fait un moment que je ne vous ai pas parlé de L’enfant des lions, et pour cause : je n’y ai plus trop touché depuis le concours Gallimard, en septembre dernier. Il faut dire que je commençais un peu à saturer, j’avais besoin de faire une pause. La rédaction de Flammèche m’a permis de changer d’air, et cela m’a fait énormément de bien ; aujourd’hui, je me sens d’attaque pour retourner traîner du côté de la savane. C’est l’occasion pour moi de vous parler de cet outil formidable qu’est le cycle Cocyclics.

Cocyclics ?

Parlons de Cocyclics, d’abord… Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’une communauté d’auteurs des littératures de l’imaginaire (Science-Fiction, Fantasy, Fantastique), qui se retrouve essentiellement sur le forum qu’on nomme La mare aux Nénuphars – oui, j’allais oublier de préciser que dans ce coin-là du net, nous sommes tous des grenouilles.

logo-cadre

Le forum est un espace d’échange, bien sûr, mais aussi et avant tout de travail. On vient ici pour discuter techniques d’écritures, se motiver les uns les autres à terminer ses écrits ou à les corriger, et faire bêta-lire ses textes – à condition de bêta-lire aussi ceux des autres.

Les grenouilles aguerries peuvent demander à intégrer le collectif des bêta-lecteurs officiels, ce qui donne accès à la bêta-lecture de romans dans leur intégralité au moyen du cycle.

Mon cycle pour L’enfant des lions

Je précise d’abord que le cycle est en cours de mutation ; je ne sais pas encore ce que sera la nouvelle version, annoncée pour septembre, mais ce qui est sûr c’est que le déroulement va changer par rapport à ce que j’ai connu pour L’enfant des lions.

Après que ma soumission ait été acceptée par le collectif (examinée sur la base du synopsis et de deux extraits), mon roman est entré en phase 1, aussi appelée alpha. Deux grenouilles ont lu entièrement mon roman et ont ensuite rédigé une synthèse pointant du doigt les plus gros défauts de fond et les défauts de forme importants ou récurrents. Elle souligne aussi les points positifs à conserver ou à accentuer. Suite à cette synthèse, j’ai pu établir un plan de correction qui tenait compte des remarques que je jugeais pertinentes, et je suis passée en phase 2 : les corrections de fond.

Le bébé a subit d’assez gros changements lors de cette phase : recalibrage des motivations des personnages, restructuration de l’intrigue, avec notamment une correction du rythme, ajout d’un nouveau point de vue de narration, approfondissement de l’univers, etc. Des changements qui m’ont véritablement enthousiasmée ; j’aimais énormément ce que cette histoire était en train de devenir.

ohdyqyvnsn2716sz9oizzs8xypq250x198
On est toujours dans la savane, au moins…

 

Finalement, quand j’ai été satisfaite des corrections apportées, je suis passée en phase 3, ou bêta. Cette fois-ci, trois grenouilles ont bêta-lu en détail l’ensemble du roman, pointant les problèmes de fond survivants – ou apparus lors des corrections – et les problèmes de forme. J’ai au passage découvert avec consternation que j’abusais des « continuer à », « commencer à », « décider de », « recommencer à », « faire (un sourire ou une grimace) », « se mettre à », et autres lourdeurs inutiles, parfois combinées (il décida de commencer à faire une grimace avant de finir par faire un sourire…). Juste pour l’anecdote, rien qu’en supprimant ces mots-ci, j’ai fait maigrir le roman de plus de 10000 caractères…

Les retours se faisant chapitre par chapitre, j’ai disposé des éléments nécessaires pour commencer la correction du début avant la fin de la phase 3 ; j’ai donc entamé la phase 4, dernière phase de corrections, en parallèle.

C’est là que les choses ont commencé à se compliquer ^^

A peu près au même moment, une petite demoiselle au travail s’est portée volontaire pour lire le roman et me donner son avis de lectrice appartenant au public cible. Ayant déjà identifié certains défauts dans les premiers chapitres, j’ai décidé de les corriger avant de les lui confier. Puis, réalisant que je n’aurais jamais le temps de tout corriger avant la date fatidique du début des grandes vacances, j’ai décidé de procéder à une phase « bricolage » consistant à harmoniser les chapitres suivants avec les corrections apportées aux premiers – histoire que la demoiselle ait un texte cohérent à lire quand même. Cette phase « bricolage » n’aura finalement servi à rien, puisque ma lectrice n’a pas dépassé la première page, mais tant pis…

Peu de temps après, Gallimard a annoncé la deuxième édition de son concours du premier roman jeunesse… Sachant que je n’aurait pas le temps de corriger le roman à fond pendant les quelques mois qui me restaient (d’autant que j’avais un autre projet IRL en cours, chronophage et très urgent), j’ai décidé d’appliquer une phase « Gallimard » à la Version Bricolée, pour corriger certains points identifiés par mes bêta et que je savais déjà comment améliorer sans que ça me prenne trop de temps. J’ai réussi de cette façon a obtenir une version pas encore corrigée à fond, mais présentable pour le concours : la Version Gallimard.

concours3

Et rendue là, j’ai commencé à fatiguer. C’est qu’avec tout ça, le cycle durait déjà depuis un an et neuf mois… Je pensais poursuivre mes corrections en attendant le résultat du concours, mais en fait, je n’ai pas réussi à m’y remettre. Quand les premiers résultats sont tombés, j’ai réalisé que je n’avais plus du tout l’énergie de travailler sur L’enfant des lions ; il me fallait changer d’air. J’ai donc officiellement mis mon cycle en pause pour me concentrer sur Flammèche.

Reprise

Aujourd’hui, près d’un an après avoir mis un point final à la Version Gallimard, je me sens enfin d’attaque pour reprendre les hostilités…

La grande difficulté du moment, c’est de faire le tri entre toutes les versions présentes sur mon disque dur pour identifier la plus récente ^^ Enfin, c’est chose faite à présent, j’ai pu relire l’ensemble pour me remettre dans le bain. L’avantage d’une si longue pause, c’est que je revois tout ça avec un œil neuf, ce qui m’a déjà permis de trouver comment corriger des points qui me paraissaient jusque-là insolubles. Et j’ai ri toute seule en relisant certains passages qui m’étaient sortis de la tête…

43zhkz7pcgvteqkf0zneunymq0w
C’est surtout Fany qui me fait bien rire, dans cette histoire !

 

Il ne reste plus qu’à attaquer les corrections proprement dites. Pour de bon, cette fois – pas de bricolage ou de correction à moitié. Pour chaque chapitre, relire l’ensemble des remarques de mes bêta-lectrices, identifier celles qui sont encore valables après les phases de corrections déjà effectuées, confronter tout ça aux idées qui ont mûri pendant les quelques mois de pause, établir un plan de correction, et l’appliquer.

Cela peut paraître fastidieux et long dit comme ça, mais en fait, grâce aux corrections de phase 1 et aux divers bricolages effectués depuis, la grande majorité des problèmes soulevés peuvent se corriger par quelques petites touches placées au bon endroit, ce qui est au final assez rapide à faire. Les points demandant plus de travail – réécriture complète d’une scène, par exemple – ont suffisamment mûri dans mon esprit, et ma longue pause me permet d’avoir assez d’enthousiasme pour les traiter rapidement – parfois plus que les points de détail. Par exemple, l’autre jour, je me suis attaquée à un chapitre dont une bonne moitié devait être reprise à zéro ; il m’a fallu moins d’une heure pour boucler l’affaire. L’autre moitié du chapitre, qui doit seulement être ajustée pour coller, demande au final plus de réflexion.

Bref, si je m’y prends bien, j’espère réussir à terminer cette phase de corrections avant la fin de l’année. Il se sera passé trois ans depuis ma soumission. Trois ans pendant lesquels j’ai appris énormément sur l’écriture – mais ça, je vous en parlerai dans un autre article, quand le cycle sera terminé.

En attendant, je vous tiendrai au courant de mes avancées.

A bientôt !

Publicités

Auteur :

Autrice et lectrice, je vous parle de mes écrits et de mes coups de cœurs.

6 commentaires sur « L’enfant des lions : dernière ligne droite du cycle Cocyclics »

  1. rha la la… je me retrouve beaucoup dans ton post ! 😉 bon, je ne suis pas en cycle mais j’avais laissé reposé Sheyanne pendant plus d’un an et c’est vrai que, comme toi, je l’ai redécouvert avec un oeil neuf.
    Et je me rends compte aussi que je ne suis pas la seule à  » commencer à faire » et « se mettre à ». Je ne sais pas combien j’en ai supprimé !
    En tout cas, bon courage pour la suite et je croise les doigts pour que L’enfant des Lions ait un avenir radieux. J’adore le thème !

    J'aime

  2. Je suis toujours admirative du boulot que représente le Cycle, tant pour l’auteur que pour ses bétas! Tu as bien fait de le pauser si tu saturais, tu vas reprendre motivée comme jamais! Ils sont mignons tes dessins, j’aime le petit sourire de Fany ! ❤

    J'aime

    1. Merci 🙂 Les dessins ne sont pas aussi beaux que les tiens, mais je suis assez contente du lion, dessiné quand j’avais treize ans… (Fany fait bien trop vieille sur le dessin, mais passons -_-‘ J’ai beau faire régulièrement des portraits des enfants au boulot, y a pas moyen, je n’arrive pas à leur donner le bon âge, ils font toujours dix ans de plus…)

      J'aime

  3. Ah, tu me donnes envie de refaire un tour sur Cocyclics 🙂 Mais comme d’habitude, je me retiens parce qu’avec mon rythme complètement chaotique, je ne peux pas tenir mes promesses, de lecture comme d’écriture, et j’ai trop peur d’être une déception.
    Quel immense travail de relecture et de correction accompli déjà ! C’est vrai, tu te rends comptes, quand tu te retournes ? C’est colossal. Quel courage ! J’espère vraiment que ce projet arrivera à son bout, qu’il trouvera son public et que tu pourras t’y pencher et « je suis fière de ce que j’ai produit ». 🙂
    J’ai hâte d’entendre parler de ces trois ans d’évolutions et d’apprentissage sur l’écriture.
    Plein de courage pour la suite !

    J'aime

    1. C’est vrai que quand on se retourne pour voir le chemin parcouru, c’est assez impressionnant, quand je me suis engagée dans le cycle je savais que ça serait du lourd mais je ne pensais pas à ce point ^^ Merci pour tes encouragements !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s