Ma bibliothèque

Le Masque et la Poudre [Intégrale], de Hubert Vittoz

Titre de la série : Le Masque et la Poudre

Titres des épisodes :

#1 : Un soupçon de soufre dans une mer d’huile (d’olive)
#2 : La démangeaison des orties
#3 : Sous la surface
#4 : La loterie des Masques

Auteur : Hubert Vittoz

Editeur : Walrus

Nombre de pages : 1071

Date de publication : 1er juin 2017

Quatrième de couverture :

Balthazar Falc est la Balle.

Du moins l’était-il du temps où la Soufrière, sa cité natale, l’avait élevé au rang de héros pour avoir mis un terme au conflit contre les Masqués. Mais le pourfendeur des forces ennemies a payé sa victoire au prix fort. Hanté par ses démons, il a sombré dans l’apathie avant de se résoudre à disparaître. Balthazar mène désormais une existence recluse hors des murs de la ville avec pour seule compagne sa célébrité fanée, en attendant le crépuscule de sa sinistre existence. Mais le vent finit toujours par tourner : la Soufrière a de nouveau besoin des services de la Balle. Les Masqués sont de retour et on murmure qu’ils ourdissent un complot vengeur dont personne ne comprend encore les tenants et aboutissants. Autant dire que la présence de Balthazar, cet homme dont le seul nom suffisait jadis à faire trembler l’ennemi, est requise. Et peu importent ses réticences… Voilà donc le héros en route pour la cité des Masques, un lieu étrange où nul ne doit dévoiler son visage. Mais la légende vivante n’affrontera pas seule le danger. Accompagnée de Ralph, Premier Juge de la Soufrière, et flanquée de deux gardes, H. et N°1, qui l’escorteront dans le dédale de la ville aux mille reflets, la Balle finira-t-elle par renaître ?

Pour ceux qui aiment :

  • Les histoires complexes
  • Les styles très travaillés
  • Les textes inclassables

Vous n’y trouverez pas :

  • Une lecture sans prise de tête
  • Un univers classique
  • Toutes les réponses

Mon avis :

Je voudrais tout d’abord remercier les éditions Walrus de m’avoir offert cette intégrale, et d’avoir fait preuve de patience le temps que je la lise et la chronique.

Première chose qui frappe dans ce texte, c’est le style extrêmement travaillé, pas toujours facile à lire d’ailleurs, mais superbement adapté à l’histoire. Ou plus exactement, à l’évolution de l’histoire. Car oui, le style évolue au fur et à mesure du récit ; d’abord très opaque, il devient plus facile à lire à mesure que l’on comprend de quoi il retourne (et peut-être aussi qu’on s’habitue à la longue…). Il s’adapte aussi au contexte, tant à l’endroit où se déroule le récit qu’aux personnages que l’on suit à cet instant. L’auteur a vraiment su mettre la forme au service de l’histoire pour favoriser l’immersion du lecteur, et le résultat est bluffant. Même chose pour le découpage des chapitres, par exemple avec ce procédé surprenant en fin de premier épisode de proposer trois variantes du même chapitre  – d’autant plus surprenant que c’est le seul endroit où l’auteur a fait ce choix, mais tellement approprié quand on considère le contexte.

L’univers est lui aussi assez extraordinaire. Tout en extrêmes et difficile à situer, il mélange allègrement carrioles à cheval et manipulations génétiques. Ce road-trip nous emmène d’une ville à l’autre, chacune avec son identité propre et sa thématique – technologie, hasard, guerre, religion… Les contrastes sont saisissants et très bien exploités dans l’intrigue, tout en soulevant pas mal de réflexions intéressantes.

Les personnages eux aussi sont très bien caractérisés, vivants et, pour beaucoup, attachants. J’ai adoré suivre l’évolution de Balthazar et de toutes ces personnes dont la vie prend tout à coup un tournant à partir du moment où elles l’ont croisé. J’ai notamment eu un coup de cœur particulier pour Turgain VII et Cécile « Betty », qu’on voit vraiment grandir au fil du récit. Mais aussi, très étrangement, pour Maximus et Minus, que j’ai trouvé attendrissants à leur manière…

L’intrigue est passionnante à suivre ; je n’ai pas compris grand chose au départ (tout le premier épisode joue à embrouiller le lecteur et à le maintenir dans le flou), mais on est intrigué et très vite complètement accroché par le déroulement des évènements, l’envie de savoir ce que l’auteur a bien pu inventer d’autre pour la suite et de démêler tous les tenants et les aboutissants de cette histoire. J’ai par contre été frustrée par la fin. C’est peut-être moi qui suis passée à côté d’un élément crucial, mais même en relisant les derniers chapitres je n’ai pas réussi à comprendre comment tout se terminait ; le dénouement est expédié en deux temps trois mouvements sans donner au lecteur les clés pour s’y retrouver. Au vu du reste de la série, toute en mystères et allusions subtiles, je ne m’attendais certes pas à avoir les réponses à toutes mes questions, mais là je me suis carrément demandée s’il ne manquait pas un chapitre dans mon exemplaire…

En résumé donc, une lecture passionnante et pour le moins originale qui vaut vraiment le détour – mais ardue, donc à réserver pour un moment où vous vous sentez d’attaque pour un gros morceau…


Cette chronique compte pour le Challenge Littérature de l’Imaginaire.

https://malecturotheque.files.wordpress.com/2017/11/cli6a-lc3a9chiquierdumal_dansimmons.png?w=300&h=300

 

Publicités

3 commentaires sur “Le Masque et la Poudre [Intégrale], de Hubert Vittoz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s