Ma bibliothèque

Mes livres de 2016

J’ai posté l’autre jour un bilan de l’année 2016, mais je n’ai pas évoqué mes lectures… Je ne vais pas me lancer dans un compte-rendu exhaustif de toutes mes lectures – ce serait un peu rébarbatif, et de toute façon, je ne suis même pas sûre d’en être capable. Pour conclure cette année, j’ai donc décidé de vous proposer une petite liste des livres qui m’ont le plus marqué – assortis d’une courte chronique pour ceux qui n’en ont pas encore eu !

Le coup de cœur de l’année

L’Assassin royal et Les Aventuriers de la Mer, de Robin Hobb

couv47882442

Alors oui, c’est carrément toute la série que je note en coup de cœur.

Pour la petite histoire, mon mari travaille à l’entretien de plusieurs résidences, et fait parfois d’étonnantes découvertes dans les encombrants déposés par les habitants. Comme ce jour-là, où il est tombé sur des cartons entiers de bouquins. Après un petit tri, il n’en a ramené qu’une cinquantaine à la maison. Dans le lot : les dix premiers tomes de L’Assassin royal, l’intégralité des Aventuriers de la mer et les six premiers tomes des Cités des Anciens. Tous en très bon état, à une exception près…

J’ai dévoré tout ça en une à deux semaines, tellement j’ai été enthousiasmée par l’histoire, l’univers et les personnages. J’ai tellement trépigné d’impatience à la fin du dixième tome de l’Assassin Royal que mon mari m’a offert les trois tomes manquants ; je les ai lus en deux jours. Dans cette série, j’ai adoré le monde dépeint, dont le fonctionnement a été très bien étudié. J’ai beaucoup aimé les deux magies présentées. Le personnage de FitzChevalerie, certes un peu geignard par moments (mais vu tout ce qu’il subit, il a le droit de l’être ^^), est attachant et intéressant, et j’ai beaucoup aimé sa relation avec son loup, Œil-de-Nuit.

Les Aventuriers de la Mer est très différent – on ne suit plus un seul personnage, on change aussi complètement d’ambiance. Mais je me suis beaucoup attachée à la plupart des personnages, et j’ai vite été embarquée par l’histoire qui donne par moments un éclairage nouveau sur la série de L’Assassin RoyalLes Cités des Anciens m’a un peu moins enthousiasmée – je me suis moins attachée aux personnages – mais cela reste aussi une excellente série.

Maintenant, je lorgne sérieusement sur la suite, Le Fou et l’Assassin. Mais d’abord, il faut que je lise l’autre série de Robin Hobb, trouvée également dans les encombrants (tous les tomes sauf le 2 ^^), Le Soldat Chamane.

Le livre qui m’a le plus remuée

Le Jour où… de Paul Beorn

lejourou

J’ai malheureusement manqué de temps pour chroniquer cet excellent roman, dans lequel des enfants et adolescents se retrouvent livrés à eux-mêmes le jour où tous les adultes sombrent en même temps dans un profond sommeil. Si le sujet n’est pas forcément des plus novateurs, j’ai été bluffée par son traitement. Paul Beorn n’épargne rien à ses personnages, et le pire, c’est que le comportement de tous ces enfants est horriblement plausible – j’ai même envie de dire, probable, si une telle situation se produisait un jour. La fin m’a pris aux tripes, et il m’a fallu plusieurs heures après avoir tourné la dernière page pour retrouver ma sérénité.

Ne vous laissez pas avoir par le jeune âge des protagonistes, ceci n’est pas un roman jeunesse, et je le déconseille aux plus sensibles. Les autres, franchement, foncez, ce roman est une pépite.

Le livre qui m’a le plus agacée

Les Manteaux de Gloire, de Sébastien de Castell

1507-1

Au départ, cette lecture commençait plutôt bien, mais plus j’avançais moins j’y prenais plaisir, et j’en garde au final un assez mauvais souvenir.

Le personnage principal, Falcio, parle beaucoup trop. Ses compagnons le lui reprochent parfois. Mais à ce point, ce n’est plus de la caractérisation de personnage, c’est juste du n’importe quoi.

Heureusement pour eux, leurs innombrables ennemis sont d’une politesse extrême. Chaque fois qu’ils leur tendent une embuscade, ils leur laissent gentiment le temps de discutailler de longues minutes, histoire de s’échanger quelques plaisanteries sur la situation et de mettre au point – à voix haute – leur stratégie pour se sortir de ce mauvais pas. Les dits ennemis ont même l’obligeance de ne pas tenir compte de ce qu’ils ont entendu et de foncer tête baissée dans les pièges si brillamment élaborés. Pendant ce temps, Falcio continue évidement de jacasser.

Sauf quand il se retrouve face à un adversaire un peu plus coriace. Là, naturellement, il commence par essayer d’assommer l’autre avec ses discours à rallonge, avant de se résoudre à prendre les armes. Quand enfin le combat démarre, que les choses deviennent intéressantes… Paf ! Flashback. Sans aucun rapport. Une fois qu’on a bien profité de cette tranche de vie généralement idyllique et tout à fait hors de propos, on revient au présent : Falcio se tient debout devant le corps de son ennemi défait. Trop fort le gars.

Alors certes, l’histoire est plutôt intéressante, l’univers pas trop mal fagoté, mais à un moment, quand on n’est pas fichu de pondre un combat convenable, on s’abstient de faire du roman de cape et d’épée, non ?

Le livre qui m’a le plus fait rire

Les Zinzins d’Olive Oued, de Terry Pratchett

couv22820892

Je suis toujours une fan inconditionnelle des Annales du Disque-Monde, qui, à de rares exceptions près, me font toujours éclater de rire dès les premières lignes. Mais parmi ceux que j’ai lu cette année, c’est, je pense, Les zinzins d’Olive Oued qui remporte la palme, pour deux raisons principales.

Les personnages, pour commencer. C’est dans ce tome qu’on voit apparaître Mustrum Ridculle et toute l’équipe des mages de l’Université qui sévit par la suite dans la série. Ceux-là, je les adore. Il y a aussi ce cher Planteur Je-Me-Tranche-La-Gorge qui nous sort tout le grand jeu.

Et ensuite, le sujet. Ce tome est axé sur le cinéma. Bourré de références hilarantes aux grands classiques du septième art, il nous plonge dans l’âge d’or d’Hollywood avec ce soupçon de folie et d’ironie dont Terry Pratchett avait le don. Mention spéciale au final qui est absolument grandiose. Les amateurs de cinéma ne peuvent que se régaler.

Le livre que je n’aurais pas dû lire

I.R.L., de Agnès Marot

couv_irl_330

J’ai beaucoup aimé ce roman qui pose des questions très intéressantes sur l’intelligence artificielle, la nature humaine et l’influence des médias sur la vie des gens.

Mais alors, pourquoi n’aurais-je pas dû le lire ? me direz-vous. Tout simplement parce que le concept du roman est inspiré du jeu Les Sims. Et que sa lecture a réveillé chez moi une addiction à ce jeu laborieusement vaincue quelques mois plus tôt à peine… Je ne m’en suis d’ailleurs toujours pas remise. ^^

Pour en savoir plus :

Le livre que j’aurais dû lire

Les Enfants d’Icare, ou tout autre roman d’Arthur C. Clarke

couv10436910

Voilà déjà un moment que Les Enfants d’Icare, Les prairies bleues et Le marteau de Dieu se battent en duel sur ma liseuse. Je m’étais jurée de lire au moins un de ces roman d’Arthur C. Clarke cette année, pour deux raisons :

1/ Arthur C. Clarke est un des auteurs incontournables de la science-fiction, et j’ai bien apprécié la plupart des livres que j’ai lus de lui. (Je dis bien : la plupart. L’odyssée de l’espace, je n’ai rien compris, ni au roman, ni au film…)

2/ Arthur C. Clarke est un « personnage » important d’Oniris, il me faut absolument lire le plus possible de ses romans pour pouvoir coller le mieux possible à son univers.

A remettre en 2017, donc…

Le livre dont j’aurais voulu être l’auteur

Les fiancés de l’hiver, tome 1 de La Passe-Miroir, de Christelle Dabos

couv32782790

Encore un roman que je n’ai pas eu le temps de chroniquer, et pourtant j’aurais vraiment voulu le faire.

J’ai eu un vrai coup de foudre pour l’univers dépeint dans ce roman dépaysant. L’ambiance légèrement rétro, l’omniprésence de la magie mêlée aux geste du quotidien tellement familiers, les trouvailles originales et pourtant tellement évidentes, le contraste entre les deux sociétés dépeintes, entre la magnificence des illusions et la décrépitude de la réalité, bref, je crois que tout m’a plu. J’ai aussi aimé les personnages, tous bien caractérisés, jamais tous blancs ou tous noirs, tour à tour insupportables et attachants. Ophélie est superbe, terriblement fragile et en même temps tellement forte, ce qui ne l’empêche pas d’être assez ordinaire pour permettre au lecteur de se retrouver en elle. J’ai aussi adoré la relation entre Ophélie et Thorn : enfin un roman YA qui ne se laisse pas engluer dans une romance idiote. Bref, aucune fausse note pour ce roman dont j’attends la suite avec impatience.

Pour en savoir plus :

Le livre avec lequel je termine l’année

Les Corsaires de l’Ecosphère, tome 3 des Pirates de l’Escroc-Griffe, de Jean-Sébastien Guillermou

couv59708265

J’ai enfin pu entamer le dernier tome des Pirates de L’Escroc-Griffe, une trilogie de fantasy pleine d’humour, d’émotions et de nénuphars. Oui oui. Il m’a fallu un peu de temps pour rentrer dans ce troisième tome – l’univers est très riche, et j’aurais peut-être dû relire les deux premiers tomes pour me remettre dans le bain – mais je prends toujours autant de plaisir à suivre les aventures du capitaine Bretelle, de Caboche et de tout l’équipage. Fin de l’histoire en 2017 !

Pour en savoir plus :

 

Et vous, quels sont vos livres marquants pour l’année 2016 ?


Image : pixabay

Publicités

4 commentaires sur “Mes livres de 2016

  1. Personnellement je vais commencer l’année de 2017 avec le tome 1 des Pirates de l’Escroc-Griffe ^^ J’espère que ce roman me plaira!
    Et je suis d’accord avec toi pour Les Fiancés de l’Hiver ! Je suis très admirative du travail de l’auteure !
    Victoire

    J'aime

    1. Bon voyage au Royaume des Mers Turquoise alors ! Le tome 1 est celui qui contient le plus d’humour, c’est un côté qui manque un petit peu dans la suite. Tu me diras ce que tu auras pensé de ta lecture 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s