Ecriture et vie d'auteur

Ecrire avec la voix ?

Je vous parlais il y a quelques temps des avantages et inconvénients de l’écriture sur papier contre l’écriture au clavier. Mais j’ai réalisé il y a peu que j’avais oublié une troisième solution, pas forcément très utilisée à ma connaissance, mais qui a aussi son intérêt : il s’agit de dicter son texte à l’ordinateur.

L’idée m’est venue quand s’est posé pour moi le problème de la saisie informatique. En effet, j’ai entièrement rédigé Flammèche à la main ; mais fatalement, il arrive un moment où il faut passer au support numérique. Tant que je me tenais à terminer la saisie du dernier chapitre écrit avant d’entamer le chapitre suivant, ça allait. Mais avec le Camp NaNo, mon rythme d’écriture a augmenté ; pour gagner du temps et atteindre mon objectif, j’ai remis le recopiage à plus tard. Résultat : je me suis retrouvée avec la moitié du roman à taper d’un coup, et je me suis démotivée.

Jusqu’à ce que je pense à la dictée. Equipée de mon micro pourri, j’ai fait un essai avec le logiciel de reconnaissance vocale intégré dans Windows 10… et j’ai adopté la méthode.

Les avantages

A mes yeux, le premier avantage de cette méthode, c’est son côté fun. Je trouve ça amusant de parler dans le micro et de voir mes mots (ou d’autres, d’ailleurs…) apparaître à l’écran. Mes poignets apprécient les vacances que ça leur offre. Et ça fait du bien de changer. Je passe déjà tellement de temps à taper au clavier, que ce soit pour rédiger mes articles de blog, participer sur des forums, laisser des commentaires à droite à gauche ; utiliser une autre méthode n’est pas désagréable, la tâche paraît moins fastidieuse – ce qui compense largement à mes yeux les inconvénients (même s’ils peuvent paraître nombreux…)

Autre contribution au côté fun de la chose : le logiciel de reconnaissance vocale n’est pas infaillible, et parfois il se plante royalement. Certes, c’est avant tout un inconvénient (j’y reviendrai d’ailleurs dans cette partie), mais il y a aussi de quoi se taper de bons fous rires, et rire, c’est bien. J’ai d’ailleurs commencé à prendre en notes certaines perles…

Autre avantage de cette méthode, c’est qu’elle oblige à relire son texte à voix haute. Et c’est en général un bon moyen de repérer des petits défauts tels qu’un enchaînement de sonorités désagréables, des répétitions, des problèmes de rythme dans une phrase, etc.

Les inconvénients

Le plus gros inconvénient de cette méthode, c’est que le logiciel fait des erreurs qu’on n’aurait pas faites en tapant.

D’une part, il y a les erreurs de compréhension, qui sont censées disparaître au bout d’un moment – le logiciel est censé apprendre petit à petit à comprendre l’utilisateur. Pour cela, il faut corriger les erreurs au fur et à mesure en utilisant la procédure indiquée. Avec Windows 10, il faut donc dire « Corriger (les mots à corriger) » ; le logiciel propose alors d’autres mots ou groupes de mots qui pourraient coller avec ce qu’il a compris. On sélectionne la bonne réponse si elle est dans la liste, sinon, on a la possibilité de répéter pour obtenir d’autres propositions ; en dernier recours, on peut épeler le mot, et s’il ne le connaît pas encore, le logiciel propose de l’intégrer à son dictionnaire. A ce sujet, j’ai beaucoup galéré avec les verbes ; le logiciel de Windows semble croire que seule une poignée d’entre eux se conjugue au passé simple. C’est un peu problématique quand il s’agit du temps principal du récit, je suis obligée d’épeler presque tous les verbes. Mais à la longue, il finira par tous les connaître…

Il y a aussi les fautes d’accord. Le souci étant qu’à l’oral, on ne fait pas forcément la différence entre singulier et pluriel, par exemple, et pas toujours entre féminin et masculin non plus. J’ai noté que le logiciel faisait un peu moins d’erreurs de ce genre quand je dictait les phrases en entier, d’un seul bloc. Il doit analyser les mots pour essayer de déterminer l’accord à utiliser. Quand on fonctionne par groupes de mots, il a plus de mal à savoir quoi choisir. Et même ainsi, ça ne suffit pas toujours. Du coup, il faut vraiment être aux aguets, relire attentivement chaque phrase pour vérifier les accords et les conjugaisons. En cas d’erreur, elle se corrige de la même façon que mentionné précédemment – en général, les différents accords possibles sont proposés d’entrée de jeu.

Naturellement, le logiciel ne connaît pas forcément les noms propres, en particuliers s’il s’agit de noms inventés ; il faudra donc les ajouter au dictionnaire. Par contre, une fois que c’est fait, je trouve qu’il les reconnaît très bien.

Un autre souci qui c’est posé à moi, c’est le zozotement de Flammèche : évidemment, le logiciel ne sait pas le gérer. J’ai d’abord voulu épeler indépendamment les mots affectés, mais le souci c’est que ça casse les groupes de mots, et le logiciel peine davantage à comprendre le sens du reste ou à trouver les bons accords. Finalement, j’ai décidé de dicter les phrases avec la bonne prononciation, puis de corriger manuellement le zozotement (pas avec la procédure de correction du logiciel, par contre, de peur que ça dérègle sa compréhension par ailleurs). Le même problème se posera avec les accents étrangers, les r roulés et compagnie. Idem pour d’éventuels passages dans une langue étrangère. (Là, je pense à Oniris…) Parfois, il sera peut-être plus simple de taper directement certaines phrases au clavier plutôt que de les dicter.

Pour l’instant, avec toutes ces erreurs à corriger, et le gros travail de relecture qui m’attend certainement, je ne peux pas dire que je gagne du temps, au contraire ; mais d’après ce que j’ai pu lire sur le sujet, il semble qu’une fois qu’on a bien pris en main le logiciel – et que le logiciel s’est bien habitué à notre voix – on peut aller plus vite qu’en tapant au clavier. Je vous tiendrai au courant quand je l’aurai utilisé suffisamment longtemps pour en juger.

Autre inconvénient, un peu contraignant : il faut être dans un environnement calme. Le moindre bruit peut être capté par le logiciel et converti en mots – même mes soupirs, par moments. Si je n’y prête pas attention, mon texte est vite truffé de « de », « ou » et « vous » intempestifs.

Quelques remarques

Il existe des logiciels de reconnaissance vocale, comme par exemple Dragon, qui sont semble-t-il très performants – mais il faut être prêt à y mettre de sa poche. En ce qui me concerne, je trouve le logiciel intégré dans Windows suffisamment performant pour mon usage, mais à chacun de se faire son opinion sur le sujet.

Il est préférable d’avoir un bon micro, surtout si comme moi vous avez une voix un peu faiblarde. Je suis certaine que la moitié des erreurs de compréhension du logiciel sont dues à mon micro pourri : il ne m’entend pas bien.

Il faut aussi éviter les petits mots parasites, les « heu… » et autres hésitations. Pour cette raison, je pense que la dictée se prête surtout au recopiage. Mais dans l’absolu, rien n’interdit d’écrire aussi ses premiers jets de cette façon, à condition de bien penser ses phrases avant de commencer à les prononcer.

Et vous, avez-vous déjà testé la dictée ? Qu’en pensez-vous ?


Crédits image : photo de Ryan McGuire, disponible sur Gratisography.

Publicités

2 commentaires sur “Ecrire avec la voix ?

  1. J’utilisais cette méthode avant que mon micro ne rende l’âme ^^ C’est vrai que pour le recopiage, qui peut être un peut long à taper, c’est plus rapide ! Mais je l’utilisais aussi beaucoup pour écrire, et notamment les dialogues (je les trouve plus vivants de cette façon). Je n’ai pas trop eu à me plaindre de fautes (bon, en même temps, j’avais passé presque une heure à la paramétrer …)

    J’ai retenté récemment, mais sans un bon micro, ça donne des formules … intéressantes disions XD

    Bon article en tout cas ! Tu m’as donné envie de me remettre à la dicter ^^ (mes tendinites m’en remercieront !)

    Eyleen Ryden.

    J'aime

    1. C’est vrai que je suis passée très vite sur le paramétrage, pressée que j’étais de commencer la dictée… Peut-être que j’aurais eu moins d’erreurs. Contente en tout cas que l’article t’aie plu, c’est vrai que contre la tendinite c’est pas mal !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s