Publié dans Interviews

Raconte-moi ton Camp Nano : Jérémie Lebrunet

On continue la série d’interviews de courageux participants au Camp NaNo d’avril 2016 ; aujourd’hui, c’est un Campeur que j’accueille chez moi : Jérémie Lebrunet.


Articles de la série « Raconte-moi ton Camp NaNo : avril 2016 »


Bonjour Jérémie, comment vas-tu ? Bienvenue chez moi, installe-toi confortablement…

Bonjour Colcoriane et merci pour cette invitation sur ton blog ! Je vais bien, merci, quoiqu’un peu fatigué après ce marathon d’écriture.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis auteur de science-fiction et blogueur. En tant qu’écrivain, j’en suis encore à mes débuts : j’ai autoédité une dizaine de nouvelles certaines gratuites et d’autres payantes, plus une qui est parue chez Walrus Books. Et j’ai deux romans en chantier, un court et un long. J’ai fini d’écrire leurs premiers jets et ils sont en attente de corrections.

Sur mon blog, je partage mon expérience de l’écriture et de l’autoédition (par exemple un tutoriel vidéo sur l’utilisation de CreateSpace), ainsi que des chroniques de romans, de films et de méthodes d’écriture.

Un auteur bien occupé en somme… En avril, tu as participé au Camp NaNo ; c’était ta première participation à un événement NaNoWriMo ?

C’était ma quatrième participation à un évènement NaNoWriMo : novembre 2014 et 2015 et avril 2015 et 2016. J’apprécie beaucoup l’émulation qu’il y a autour de ces challenges d’écriture. En 2014, j’avais participé à la Kick-Off, la soirée de lancement du 31 octobre, qui avait été organisée dans les locaux de Bragelonne à Paris. La nuit blanche d’écriture m’avait permis d’aligner 3 300 mots ! Un départ qui donne la pêche pour la suite du mois ^^

Idem en ce début avril : très bonne ambiance dans notre cabine et les RDV d’écriture ont été très productifs (3 000 mots le soir du 1er avril !).

Qu’est-ce qui t’a poussé à relever le défi ?

Je me suis décidé un peu au dernier moment de me relancer dans ce défi en avril 2016 car j’avais envie (besoin ?) de me redonner un bon coup de motivation pour finir mon roman. Je venais de passer un long hiver éprouvant d’écriture solitaire… avec une moyenne de 550 mots par jour pendant 4 mois pour poursuivre à un rythme plus cool (3 fois moindre) le projet de roman entamé sur les chapeaux de roues au NaNoWriMo de novembre 2015.

Après les 50 000 mots écrits en novembre, je pensais finir assez vite mon roman, mais j’avais nettement sous-estimé la taille finale (140 000 mots !) et le CampNaNo est arrivé à point nommé pour me redonner un second souffle ! Il m’aura donc fallu 6 mois pour écrire ce premier jet… Ça me paraît énorme !

Pas tant que ça je trouve… (*songe à ses premiers jets écrits en trois ou quatre ans*)Peux-tu nous parler de ton projet ?

Ce projet est un roman de science-fiction intitulé « La Balade du Détecteur. » Pour être plus précis, il relève du domaine de l’uchronie. Pour ce qui ne connaîtraient pas, l’uchronie est un sous-genre de la SF qui met en scène des versions alternatives de l’Histoire, que ce soit dans le passé, le présent ou le futur, parfois avec des voyages temporels. Je vous propose un résumé du roman, façon quatrième de couverture :

Passionné d’histoire, Marc a travaillé tout l’été comme guide au château de la Duchesse Anne, dans la vieille ville de Saint-Malo. Le jour de l’équinoxe de septembre, le jeune homme va arpenter la plage avec son tout nouveau détecteur à métaux, à la recherche d’objets perdus par les touristes.

Après avoir traversé une nappe de brume particulièrement épaisse, il découvre dans le sable un sabre de corsaire en parfait état. Pas une trace de rouille, comme si l’arme venait d’être forgée !

En remontant de la grève vers la vieille ville, Marc s’aperçoit avec stupeur que les remparts n’ont pas leur aspect habituel : ils ressemblent en tout point aux murailles détruites pendant la Seconde Guerre mondiale…

Pour ceux que cela intéresserait, j’ai posté sur mon blog un extrait du chapitre 1. Il suffit de s’abonner à ma newsletter pour obtenir le mot de passe de l’article.

La_Balade_du_Detecteur_300x480
Crédits photo : Bertrand Petitjean, Philippe Jarguel et Michel Floch, modifiées par Jérémie Lebrunet.

Quel objectif t’étais-tu fixé ?

Initialement, je m’étais fixé 20 000 mots à écrire car j’estimais que c’était ce qu’il me restait à écrire pour mon roman. Par rapport à mon rythme d’écriture des 4 mois précédents, j’allais passer de 550 à 667 mots par jour. Je trouvais ça faisable (tenant compte de mon sentiment de fatigue) et stimulant.

Comment s’est déroulé le mois ?

En réalité, le mois a commencé fin mars tant l’effervescence pré-NaNo régnait dans le tchat de notre cabine ! Sans compter le fin que pour moi, je continuais à écrire mes 550 mots tous les jours.

Le mois a très bien commencé avec 3500 mots écrits le soir du 1er avril. Avec plusieurs membres de la cabine, nous nous sommes réunis pour de courtes sessions d’écriture de 30 minutes (des Words Wars = des guerres de mots) à 19h, 20, 21, 22, 23 et 0h00. Ce fut très fructueux et nous avons renouvelé ces RDV régulièrement.

Ça m’a permis de franchir rapidement et avec un sentiment étonnant de facilité des scènes que j’appréhendais et dont la difficulté supposée me faisait procrastiner en mars… Là, j’ai foncé dedans tête baissée et ça s’est très bien passé. Parfois, se poser trop de questions étouffe la spontanéité et empêche les solutions de se présenter d’elles-mêmes au cours de l’écriture ou lorsque l’on met les personnages en situation.

Un sacré programme ! Et alors, au final, objectif atteint ?

Oui, objectif atteint. J’ai même rehaussé mon objectif à 25 000 et fini mon roman à 25 006 :) le 25 avril. J’étais vraiment très content !

J’ai le sentiment d’avoir appris beaucoup de choses sur les techniques narratives et je me suis aperçu que j’écrivais plus vite qu’avant, notamment par rapport à novembre. En effet, je tiens un fichier Excel à jour pour suivre ma progression quotidienne (nombre de mots écrits et durée d’écriture). J’ai pour défi personnel d’essayer de devancer le quota moyen à écrire chaque jour. J’imagine que chaque auteur a ses trucs, mais je trouve que ça me stimule bien.

Félicitations ! Quelle va être la suite des événements ? Corrections, début d’un autre projet… ?

Dans l’immédiat, je souffle un peu : je me change les idées en faisant bêta-lire une nouvelle de fantasy mettant en scène des enfants à Dachau, retenus par des Ogres, et je finis d’écrire un guide destiné aux auteurs : 12 conseils de formatage et de typographie. Si tout avance comme je le souhaite, je l’autoéditerai au mois de juin (sûrement le week-end du 11-12) en numérique et en papier via CreateSpace, le service d’impression à la demande d’Amazon. Il me reste encore 3 chapitres à écrire, plus les corrections, le formatage final des fichiers et la couverture à concevoir.

12_conseils_formatage_typographie_300x480
Crédits photo : monticellllo, modifiée par Jérémie Lebrunet.

 

Je vais très prochainement entamer les corrections de mon roman (le plan de travail est établi, j’en parle dans cet article) en vue de préparer « La Balade du Détecteur » pour une soumission en cycle complet de bêta-lecture sur le forum CoCyclics. J’estime avoir besoin d’avis extérieurs sur l’intrigue et la cohérence de l’univers. Et je sais que cette expérience va m’apporter bien plus que ça dans ma vie d’auteur ! Mise en évidence de mes tiques d’écriture, de choses à revoir concernant l’exposition, la caractérisation des personnages, les dialogues, etc.

Penses-tu participer à nouveau au Camp NaNo, peut-être en juillet ? Pourquoi ?

Oui, sûrement car j’aime l’émulation du NaNo et l’opportunité de rassembler assez de détermination pour faire de grands bonds dans l’écriture d’un projet. Après, il faudra que je sois prêt avec un synopsis détaillé de ce que je compte écrire : fin octobre 2015, le début du NaNo était là et mon synopsis pas totalement fini. Je me suis lancé dans l’écriture, mais les incertitudes et incohérences sur le dernier tiers du roman m’ont fait un peu galérer…

En juillet, je serai sûrement en pleines corrections (quoique, je peux me fixer l’objectif de corriger 50 000 mots !), mais peut-être en novembre 2016 serai-je prêt à me relancer dans l’aventure.

Y a-t-il un endroit où on peut te suivre (un blog, une page facebook, etc.) ?

Comme l’auront compris les lecteurs de cette interview, je tiens un blog intitulé Destination Futur avec une newsletter mensuelle et je suis présent sur Facebook, Twitter et Wattpad où se trouvent plusieurs nouvelles gratuites.

Merci beaucoup de t’être prêté à cette petite interview ! Un dernier mot pour la fin ?

Si vous écrivez, je vous encourage fortement à trouver un groupe dynamique d’auteurs avec lesquels partager autour de votre travail, en virtuel ou IRL. À l’heure d’internet, l’image de l’écrivain solitaire dans son bureau n’est définitivement plus une fatalité.

Et avant d’envoyer votre manuscrit à un éditeur ou de vous autoéditer, je vous conseille la plus grande patience pour vous corriger, encore et encore, et faire bêta-lire votre histoire à d’autres, pour vous donner les meilleurs chances. Bon succès !

Publicités

Auteur :

Autrice et lectrice, je vous parle de mes écrits et de mes coups de cœurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s