Publié dans Chroniques

Délires éthyliques & papilles gaillardes, de Jacques Fuentealba

TitreDélires éthyliques & papilles gaillardes

Auteur : Jacques Fuentealba

Illustrateur : Thierry Aubin

Editeur : Tourisme & Découvertes, collection Les Itinéraires

Nombre de pages : 232

Quatrième de couverture :

7 nouvelles et 7 séries de micronouvelles autour de la nourriture

Pendant près d’une décennie, Jacques Fuentealba a travaillé dans un cabinet d’audit et conseil en restauration.

Il a gardé de ses très nombreuses visites comme client mystère un goût prononcé pour la gastronomie et un certain nombre d’anecdotes croustillantes.

Il propose au menu de ce recueil des textes de tous genres, de l’humour au thriller.

Pour ceux qui aiment :

  • Boire et manger…
  • Les textes courts
  • Une écriture ciselée

Vous n’y trouverez pas :

  • De recettes…
  • Un univers ou des personnages récurrents
  • L’envie de manger des huitres (hum…)

Mon avis :

Difficile de faire une chronique générale sur un recueil aussi éclectique, mais dans l’ensemble, j’ai bien apprécié la dégustation.

Un point qui est valable pour l’ensemble du recueil, c’est la précision et la finesse du style. Jacques Fuentealba a l’art de jouer avec les mots et les sons pour nous livrer des pépites d’une incroyable poésie, un véritable travail d’orfèvre qui à lui seul vaut le détour. Je n’ose pas imaginer le temps qu’il a dû passer à peser chaque phrase, chaque mot, chaque syllabe même pour trouver à chaque fois le juste mot.

Dans ses nouvelles, l’auteur nous fait passer par toutes sortes d’univers et d’émotion.

J’ai adoré Le tournoi de Bao-Siam, à la fois très visuel et plein d’humour ; je ne verrais plus les films d’arts martiaux de la même façon !

Question de goût est intrigante au possible, et la fin m’a totalement prise par surprise. Je ne vais pas vous dire ce que je ne verrai plus de la même façon, parce que ce serait vous gâcher la lecture, mais j’ai bien ri.

Dans Si Narcisse se narre, Jacques Fuentealba déploie toute sa maîtrise de la langue d’une façon magistrale.

Un paradis artificiel est une nouvelle plutôt amusante mais sans grande surprise.

Un hommage au dieu noir m’a un peu déçue ; on devine rapidement ce qui se passe, si bien que la chute tombe à plat, et à la fin de ma lecture j’ai eu un peu un sentiment de « tout ça pour ça ? ».

Un grand amour m’a retournée, avec cette histoire qui a l’air toute mignonne au départ, mais qui met petit à petit en place un sentiment de malaise qui va grandissant – jusqu’à la révélation finale.

Et pour finir, En d’abominables et vertigineux spasmes remontent des profondeurs abyssales ceux-qui-clapotent-et-glougloutent… Comment dire… Surtout, ne prévoyez pas de lire cette nouvelle avant ou après la dégustation d’un plat de fruits de mer. Tout est dans le titre. Vous êtes prévenus…

Pour ce qui est des micro-nouvelles, je suis un peu plus mitigée. Je suis passée à côté d’un certain nombre d’entre elles – soit je n’avais pas les références nécessaires pour bien les saisir, soit je n’ai pas compris le jeu de mots, ou encore je n’ai pas vraiment adhéré au thème. Mais il y en a aussi d’excellentes, dans chaque série, même si ma préférence va aux séries Est-il hôtess… Ethylotests ? et Sphinx, ogres, et autres mangeurs d’homme. Je pense que chacun y trouvera son compte selon sa propre sensibilité.

Bref, dans l’ensemble, un recueil plaisant à lire, et qui ne laissera personne indifférent.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter le site de Jacques Fuentealba.

Je termine en remerciant Les Itinéraires de m’avoir envoyé ce recueil.

Publicités

Auteur :

Autrice et lectrice, je vous parle de mes écrits et de mes coups de cœurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s