Flammèche

Premier bisou…

Je vous ai un peu parlé, il y a bientôt un an, des défis organisés dans les Challenges 1er Jets sur Cocyclics

Cette année, je ne suis pas dans les Challenges (pour l’instant du moins) parce que Flammèche est trop court. En effet, Ces Challenges sont ouverts exclusivement aux novellas et romans, et un minimum de 80 000 signes a été fixé pour pouvoir s’inscrire dans cette section du forum. Flammèche est certes un roman, mais un roman pour enfants, et en tant que tel, il n’est pas censé dépasser 40 000 signes (enfin, ça c’est le maximum que je me suis personnellement fixé, quant à savoir si je vais le tenir, c’est une autre affaire…)

Bref, Flammèche n’est pas dans les Challenges, donc, mais j’avais quand même envie de participer à ma façon au défi de février, et j’ai donc décidé de concocter un petit texte exprès pour ce blog.

Le thème du défi : raconter, en 5000 signes maximum, le premier baiser entre deux personnages, ou bien le tout premier baiser de l’un d’entre eux.

Cette scène n’apparaîtra pas dans le roman, elle se déroule plusieurs années avant en fait.

Premier bisou…

Oublié dans un coin du lit, Flammèche rongeait son frein en silence. Sa petite Mira se tenait debout sur ses jambes vacillantes, les mains cramponnées aux barreaux du lit pour ne pas tomber, et elle répétait en boucle des sons qui mettaient le roi et la reine en joie.

— Ma… ma… Pa…pa…

— Oh oui ! s’extasiait la reine. Ma-man… Ma-man… Répète, ma chérie… Ma-man.

— Ma… ma…

— Elle dit mieux papa, claironna le roi. Allez ma puce, dis papa… Pa-pa.

— Pa… pa…

— Forcément, protesta la reine, c’est plus facile.

— Ma… ma…

— N’importe quoi ! se récria le roi. Tu es jalouse, c’est tout.

— Pa… pa…

Flammèche poussa un long soupir et tourna sur lui-même pour regarder ailleurs, les poupées rangées dans leur boîte, les peluches étalées sur les étagères, ou même la table à dessin toute gribouillée. Tout, plutôt que ce spectacle affligeant.

Il ne comprenait pas. Qu’avait-il fait de mal ? Il était toujours avec sa petite princesse, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, alors que ses parents devaient régulièrement s’absenter pour gérer les affaires du royaume. Il était le seul vraiment capable de l’endormir ou de calmer ses larmes (bon, d’accord, sauf quand elle pleurait pour dire qu’elle avait faim) grâce à ses pouvoirs de doudou. Il était toujours prêt à jouer avec elle ou à lui faire un câlin. Il passait ses nuits entière calé dans ses petits bras pour la rassurer.

Alors pourquoi avait-elle choisi de dire « Papa » et « Maman » avant « Flammèche » ? Ce n’était pas si difficile que ça à prononcer, si ? Bon, d’accord, lui-même n’en était pas capable, mais c’était à cause de cette fichue langue de feutrine cousue au fond de sa gueule qui le faisait zozoter, Mira n’avait se problème-là.

Il avait dû faire quelque chose…

Enfin, la nourrice royale vint interrompre la séance.

— Pardonnez-moi, Vos Majestés, il va être l’heure de la sieste pour la princesse.

La reine acquiesça et prit la fillette dans ses bras pour lui faire un gros bisou sur le front. Le roi en profita pour en plaquer un autre sur sa joue, puis il tenta, comme tous les jours, d’approcher sa propre joue de le petite bouche de bébé de Mira.

— Tu me fais un bisou, ma puce ? demanda-t-il avec espoir.

Comme chaque jour, cet espoir fut déçu. Mira ne comprenait pas encore bien comment on s’y prenait. Finalement, les parents royaux se résolurent à déposer la petite princesse dans le lit, allongée pour sa sieste. Flammèche s’approcha – c’était à lui d’entrer en scène. Il s’allongea à côté de la fillette, et cette dernière l’attrapa de ses petites mains pour le rapprocher davantage encore.

Flammèche ferma les yeux pour commencer à rassembler ses pouvoir de doudou, mais il fut déconcentré par une sensation inhabituelle.

Quelque chose de tout doux, et un peu mouillé. Les lèvres de Mira sur son front.

Flammèche resta immobile, de peur de mettre fin à cette sensation magique.

Et puis une pression, légère, des lèvres sur son enveloppe en peluche. Et enfin, le bruit tant attendu.

— Smac !

Si Flammèche avait eu un cœur, il se serait mis à battre à toute vitesse. Au dessus du lit, le roi et la reine ouvraient de grands yeux stupéfaits.

— Elle lui a fait un bisou ?

— Mais elle ne m’en a jamais fait à moi !

— Comment peux-tu nous faire ça, ma chérie ?

Déjà Flammèche arrêtait d’écouter. La nourrice parvint à faire sortir les parents malgré leur protestations. Mira commença à téter son pouce, l’autre bras posé sur le doudou. Flammèche sourit en recommençant à réunir ses pouvoirs de doudou, rassuré.

Ils n’avait peut-être pas eu droit aux premiers mots de sa princesse, mais il avait eu son tout premier bisou…


Crédits image : Bisou, par Céline MOSNIER, sous licence CC BY 2.0

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s