Publié dans Chroniques

Les Cartographes #1 : La sentence de verre, de S.E. Grove

Titre : La sentence de verre

Série : Les Cartographes (livre 1)

Auteur : S.E. Grove

Illustrateur : Aurélien Police

Traductrice : Sophie Dabat

Editeur : Nathan

Nombre de pages : 564

Format : papier ou numérique

 Quatrième de couverture

1799

Subitement, tous les continents sont plongés dans des périodes historiques différentes, créant un monde nouveau, fantastique et plein de dangers.

Un siècle plus tard

Sophia vit à Boston, en Nouvel Occident. Ses parents, explorateurs, ont disparu en mission quand elle était enfant. Depuis, elle est élevée par son oncle Shadrack, le plus célèbre cartographe de Boston. Mais Shadrack est brutalement kidnappé !

La jeune fille s’élance alors sur ses traces. Elle n’a qu’une piste : une mystérieuse carte de verre accompagnée d’un message de son oncle. Avec son nouvel ami Theo, elle va devoir traverser des territoires aussi inconnus que dangereux…

Pour ceux qui aiment

  • La cartographie
  • Les mélanges de cultures
  • Les univers bien construits

Vous n’y trouverez pas

  • De romance
  • De voyages dans le temps
  • De vaisseaux spatiaux

Mon avis

 Ce livre me faisait de l’œil depuis un moment dans les rayons de mon magasin, sans que je ne franchisse le pas de l’acheter (budget livre déjà épuisé, PAL déjà trop pleine, tout ça tout ça…) ; et puis ma sœur a eu la bonne idée de le prendre pour elle et de me le prêter…

 Première chose, j’ai été un peu surprise par le ton plutôt jeunesse, auquel je ne m’attendais pas (je croyais lire un roman Young Adult). Ceci dit, c’est bien en accord avec l’âge du personnage principal (13 ans) et très agréable à lire.

 L’univers est original et bien travaillé ; j’ai bien aimé ce concept des époques mélangées (petit plus pour la vision du futur qui change radicalement de ce qu’on a l’habitude de voir, même si elle paraît du coup un peu moins réaliste), ainsi que toute la notion de cartographie mémorielle. C’est sans doute le grand point fort de ce roman, on a envie d’en découvrir davantage sur ce monde à la fois familier sur certains aspects et complètement dépaysant par ailleurs. Toutes les inventions de l’auteur nous plongent davantage encore dans le merveilleux : oignons cartographiques, Marque du Lierre, plantes métalliques, etc. Malgré la complexité de l’ensemble, l’auteur a su éviter le piège du tell : pas de passage explicatif long et rébarbatif, une grande partie des infos passe par la narration, mêlée à l’action.

 Le personnage de Sophia est assez sympathique, même si j’ai eu un peu de mal à vraiment m’attacher à elle. Cela tient en partie au fait que sa principale faiblesse (l’absence totale d’horloge interne) est trop peu concrète et crédible pour moi ; même si on comprend bien en lisant que cela l’affecte, on peine à s’identifier et à compatir. J’ai aussi été un peu agacée par son côté girouette, pas toujours bien justifié, dans ses relations avec Théo, et son incroyable aptitude à faire confiance à des inconnus croisés la minute d’avant – sans que jamais elle n’ait à s’en mordre les doigts.

 La galerie des personnage qui gravitent autour d’elle est globalement du même style : gentils, investis (sans qu’on sache trop pourquoi dans certains cas…), drôles pour certains, mais il manque ce petit quelque chose qui les rendrait vraiment marquants.

 Exceptions notables : les antagonistes, en particulier Blanca, ont davantage su me toucher. Contrairement à la plupart des « gentils », on comprend bien pourquoi ils sont là, quel but ils poursuivent, quelles épreuves ils ont traversées, et je me suis surprise à certains moment à me soucier davantage de leur réussite que de celle de Sophia et compagnie.

 L’intrigue est intéressante à suivre dans l’ensemble, malgré quelques ficelles et le gros cliché de l’adolescent sur lequel repose le sort du monde. Mais l’histoire est terminée ; tout au plus a-t-on droit à un deus ex machina flagrant pour ouvrir sur le tome suivant. Du coup, s’il vient à passer entre mes mains, je le lirai certainement, mais dans le cas contraire ça ne me manquera pas.

 En conclusion donc, un roman ado avec une belle écriture et un univers passionnant, mais qui pèche un peu côté personnages.

Publicités

Auteur :

Autrice et lectrice, je vous parle de mes écrits et de mes coups de cœurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s