Publié dans Chroniques

24 Heures de la nouvelle, mes coups de coeur

Je vous parlais au mois de mai de ma participation aux 24 Heures de la nouvelle, dont le principe était, je le rappelle, d’écrire une nouvelle entière en 24 heures, avec en prime une contrainte tirée au hasard et imposée à tous les participants. La contrainte de cette année étant d’intégrer au récit un lieu abandonné depuis un certain temps.

Vous pouvez trouver la nouvelle que j’ai écrite à cette occasion sur ce blog ou sur le site des 24 Heures.

Cet évènement, c’est aussi l’occasion de découvrir de jolies plumes. Un peu plus d’un mois plus tard, j’ai envie de partager avec vous certaines des nouvelles produites à l’occasion…

Pour commencer, mes deux véritables coups de cœur, dans des registres tout à fait différents, mais que j’ai lus avec un même plaisir :

Le La où nous vivions, par Hugo Sahuquet

Un vieux pianiste qui n’a plus goût à rien depuis la mort de sa femme rencontre sa petite-fille pour la première fois. Une nouvelle pleine d’émotions, portée par la musique et qui gagne en intensité ligne après ligne. J’ai beaucoup aimé cette histoire pleine de douceur, de nostalgie et d’espoir.

Une envie pressante, par Elisa Monfort

L’étrange épopée d’un groupe de fantômes à la vessie tourmentée… Une nouvelle fantastique très drôle, sur un sujet peu courant mais auquel, je crois, tout le monde peut compatir ! Si vous êtes sensible à la suggestion, je vous conseille fortement de faire un tour aux toilettes avant de commencer la lecture…

Sinon, j’ai beaucoup apprécié la lecture de La chance tourne, de Georges Carter, un texte amusant dans lequel un chasseur d’épaves galactiques malchanceux trouve enfin l’épave de sa vie… Il y a aussi Sacré Graal, d’Alex Evans, qui revisite avec talent le mythe arthurien et en particulier l’histoire de Viviane et Merlin. Marchand de rêves, de Nicolas Gaube, est une nouvelle épistolaire très courte mais empreinte de mélancolie. Il y a aussi des nouvelles qui ouvrent la porte vers des univers complets déjà créés par leur auteur, comme Marchez très doucement, Vous marchez sur mes rêves, de Marie Loresco, qui revisite avec brio l’univers des rêves, et Le labyrinthe de gemme, d’Anaïs La Porte, qui met en scène un personnage de son roman Les puissances de Nilgir.

Voilà donc un petit florilège, non exhaustif… Pour être tout à fait honnête, je dois avouer que je n’ai pas encore lu toutes les nouvelles de l’édition 2015. Je les savoure, une de temps en temps, à l’occasion. Si je repère d’autres perles dans celles que je n’ai pas encore parcourues, je posterai un nouvel article pour les présenter.

Et vous, de votre côté, avez-vous eu l’occasion de lire certaines des nouvelles proposées ? N’hésitez pas à en parler dans les commentaires en bas de cet article (et aussi à les commenter sur le site des 24 Heures, les auteurs apprécieront beaucoup ! ).

Publicités

Auteur :

Autrice et lectrice, je vous parle de mes écrits et de mes coups de cœurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s