Oniris

Oniris – Présentation

Oniris, ou Le Pays des Rêves, au choix, est mon deuxième gros projet d’écriture, juste après L’enfant des lions.

Qu’est-ce que ça raconte ?

Trois jeunes gens se retrouvent projetés dans le monde extraordinaire d’Oniris, qui a été créé pièces par pièces par divers personnages du passé, tels que Homère, Sir Thomas Malory, Jean de la Fontaine ou encore Arthur C. Clarke. Lequel des trois aura le privilège d’ajouter sa pierre à l’édifice ?

2uoadzjedkhwky_zzdprolqsdvc
C’est-y pas beau ? (hum, oui, bon, j’ai déjà fait mieux comme dessin…)

Pour ceux qui aiment :

  • les univers parallèles
  • les quêtes et les jeux de piste
  • l’Histoire et la littérature

Vous n’y trouverez pas :

  • de vampires et autres morts-vivants
  • de prophétie
  • de super-héros

Mais encore ?

Il s’agit d’une série de courts épisodes, pour un public Young Adult. Il s’agit, dans l’ensemble, de Fantasy, dans la mesure où toute l’intrigue se déroule dans un monde parallèle onirique. Mais ponctuellement on peut aussi y retrouver des traces de steampunk ou de SF, selon les endroits visités par les personnages.

A l’heure actuelle, trois saisons sont prévues. La première est en cours de rédaction, avec un premier épisode terminé et le deuxième en cours. Le nombre exact d’épisodes dans une saison n’est pas encore clairement déterminé, mais à priori ça devrait tourner autour de sept-huit.

Un petit extrait ?

Voici les toutes premières lignes du premier épisode :

« Le soleil se couchait sur la mer, auréolant la ville de rouge et d’or. La lumière coulait sur les toits de cuivre étincelants et taquinait les ombres des gargouilles à têtes de lions disséminées ça et là. Au dessus des bâtiments, flamboyante, une nacelle de funiculaire se hissait doucement vers le sommet de la haute tour centrale. Cette dernière, ornée d’innombrables vitraux, dominait le paysage telle un phare.

Allongé sur le ventre dans l’herbe, la tête posée sur ses bras croisés, Mathieu admirait le spectacle avec un petit sourire de bien-être. Les trois masseuses exotiques qui l’entouraient ne gâchaient rien. Et si l’une d’entre elles avait le teint bleuté, c’était à peine s’il l’avait noté.

Une longue règle s’abattit brusquement sur sa table. Le jeune homme leva la tête vers son professeur et sourit bêtement.

— Bonjour Monsieur Debray.

— J’ose espérer que vous avez terminé votre devoir d’histoire, jeune impertinent ! tonna l’autre, sans s’apercevoir qu’il avait des oreilles de lapin.

Mathieu lança un regard amusé à sa voisine à la peau bleue, sagement occupée à remplir le QCM posé sur sa table, puis revint au gros lapin gris qui lui faisait face.

— Oui, et d’ailleurs je crois qu’il veut vous manger.

Un officier SS fit irruption dans la salle de classe et mit l’animal en joue avant de tirer. Aussitôt, Mathieu plongea au sol et se mit à patauger dans les vagues, les yeux fixés sur le bunker qu’on lui avait donné pour objectif. Autour de lui, ses camarades progressaient tant bien que mal, aveuglés par le sable projeté dans leurs yeux.

Brusquement, la plage disparut, ainsi que toute l’armée qui l’entourait. Le jeune homme était de retour en haut de la petite colline d’où il avait observé le coucher de soleil, à quatre pattes dans l’herbe. Un peu confus, il regarda autour de lui. Plus la moindre masseuse en vue ; en revanche, il y avait là deux jeunes femmes en tenue de la Belle Époque qui le regardaient en pouffant de rire derrière leurs éventails. Il réalisa avec embarras qu’il portait son pyjama Star Wars. Pas très sexy…

Mathieu se releva et essaya de déterminer où il était. S’il reconnaissait la ville en contrebas pour l’avoir vue quelques instants plus tôt, il était incapable de lui donner un nom. Encore moins de se rappeler comment il avait pu atterrir, au moment du coucher du soleil, en pyjama, dans cet endroit inconnu. Il passa la main dans ses cheveux, indécis, puis se résigna à poser la question aux deux élégantes. Après quelques pas dans leur direction, il bredouilla :

— Heu… Excusez-moi, mesdemoiselles, heu…

Elles se mirent à le dévisager avec de grands yeux étonnés.

— Est-ce que par hasard vous pourriez me dire où nous sommes ? continua-t-il malgré tout.

Les deux filles échangèrent un regard effaré, puis lui tournèrent le dos et commencèrent à s’éloigner précipitamment.

— Ok, cool, merci, grommela Mathieu.

Une voix grave s’éleva dans son dos :

— Tu es à Verne.

Le jeune homme fit volte-face et tomba nez à nez avec une étrange petite créature, de la taille d’un enfant de dix ans. Elle avait un visage de chat, assorti de long poils rouges, mais son maintien droit et son smoking gris interdisaient de la considérer comme un animal.

— Ah… fit Mathieu. Heu, merci. Et c’est où, ça ?

— Dans tes rêves, répondit le chat.

— Ah.

Il était en train de rêver ? Le chat ne lui laissa pas le temps de poser la question. Les yeux plissés, il commença sur un ton solennel :

— Le Cœur a besoin de toi, Mathieu.

Il connaissait son nom ?

— Nous avons tous besoin de toi.

Le chat se tut. Il paraissait attendre une réponse. Mathieu finit par sortir la seule chose qui lui paraissait appropriée :

— D’accord… Et ?

— Présente-toi demain au zénith. Je t’attendrai.

— Pour quoi faire ?

Mais déjà, le décor s’embrumait, et le chat disparaissait avec lui. Une sonnerie stridente retentissait. Mathieu cligna des yeux, perplexe, et découvrit un plafond blanc au dessus de lui. Il était allongé dans un lit. Et toujours cette sonnerie. Où était passée la colline ? Et la ville ? Il s’assit, confus, et regarda tout autour. Les murs peints en beige lui étaient vaguement familiers, ainsi que la pile de vêtements qui ensevelissait une chaise et la moitié d’un bureau à quelques pas de là. Il lui fallut néanmoins un petit moment pour réaliser qu’il se trouvait dans sa chambre, et que le bruit venait de son réveil. 6h30. C’était l’heure de se lever, de se préparer pour aller en cours. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s